Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 11:30

Image-1-copie-1.pngLà où certains parlent de voyance sans support, moi je parle de voyance tout terrain. Pas besoin de l'univers feutré d'un cabinet, avec de l'encens, des gris gris et des bougies. Certes c'est sympa, peut-être agréable, ça met dans l'ambiance, mais en soi cela ne sert à rien.

Il faut dire, je m'adapte tant bien que mal aux situations. Je jongle entre ma vie de maman et mes consultations. Pas plus tard qu'hier, je me suis retrouvée dans ma voiture, stationnée au parking du club de gym de mon fils. Pendant que lui s'amusait à faire des roulades, de mon côté j'apportais à Corinne un éclairage sur sa vie sentimentale.

Depuis que j'ai commencé, je crois avoir utilisé mes cartes un peu partout : à la plage, au parc, sur un parking, chez les gens, chez moi, dans un restaurant, dans un bar, dans une salle d'attente etccc. Il me manque l'ascenceur et le téléphérique, mais je pense que ça viendra.

Tout ça pour dire que là où je suis suis ma guide l'est aussi ; et comme c'est elle qui me file les infos, peut importe le lieu ou le moyen de communication utilisé.

Je dois dire merci à Bernard car c'est lui qui m'a proposé de m'entraîner à l'extérieur au milieu du brouhaha pour apprendre à me centrer sur la consultation et ce peu importe le bruit autour.

Le calme vient de l'intérieur et non de l'extérieur, tout comme les réponses que vous cherchez. Vous les avez en vous, cachées parmi le brouhaha de vos pensées et l'agitation de votre mental.

Alors pensez à vous centrer sur vous, fermez les yeux quelques instants, centrez vous sur votre respiration, lâchez votre mental, laissez les idées parasites passer, un peu comme lorsqu'on regarde des pubs à la télé. Répétez cet exercice souvent et au fur et à mesure, lorsque vous poserez des questions, les réponses seront de plus en plus claires...

A bientôt

Repost 0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 23:22

Oui que font les psys ? Quel titre ! Attention ce n'est pas une critique. J'aurais moi-même adoré être psychologue. A l'époque, par manque de confiance en moi, et parce que " Pyschologue ça ne trouve pas de travail" dixit l'entourage, je m'étais orientée vers une fac d'histoire. Bref, aujourd'hui je retrouve dans mon cabinet pas mal de personnes en souffrance, ayant besoin d'une aide thérapeutique. La plupart se sont déjà rendues chez un psychologue, mais " ça n'a rien donné", ou encore " ils comprennent rien", "ils n'ont pas de solutions, même mon psy me l'a dit".

Je n'ose croire que tous ces psychologue soient incompétents, tout comme je ne crois pas non plus que toutes ces personnes refusent d'avancer et dévoluer. Il y a donc une pièce manquante. Un maillon absent entre le patient et sa guérison. Si ce maillon n'est ni le psy, ni le voyant, qui est-il ?

Je me pose la question, suite à la viste dans mon cabinet de Nathalie. Elle a 34 ans, et possède une estime d'elle même proche du néant. La consultation a débuté sur le travail. Un travail "nul" mais qui lui convient car " je ne sais rien faire d'autre, qui voudrait m'embaucher". Je rectifie le tir, en lui expliquant qu'elle peut changer, travailler dans un cadre plus harmonieux. Rien à faire, elle ne veut rien entendre. La séance se poursuit sur les questions amoureuses. Un collègue de travail qu'elle aime bien. Je perçois, un homme plus âgé, marié, je lui explique que cette relation, est amicale, qu'elle doit se méfier de ses propres sentiments pour ne pas souffrir. A ce moment là, la colère monte chez elle, car elle ne comprend pas, pourquoi "l'amour c'est pour les autres" et pas pour elle. Pourquoi ce garçon malheureux dans son couple, est gentil avec elle, si il ne veut rien.

Elle me demande de poursuivre sur le sentimental. Clairement, je capte l'étendue de ses problèmes. Un passif douloureux dans l'enfance, très glauque (je n'e dirais pas plus, mais évidemment, je perçois une forme de maltraitance), tout cela ayant pour conséquence aujourd'hui, un mépris d'elle même, un sentiment d'abandon, et des problèmes psychiques et des blocages "sexuels". L'information donnée est donc qu'elle doit guérir ses blessures, du moins se débarasser de ce passé encombrant, s'aime elle-même pour enfin être aimer, se libérer de sa prison.

Et là c'est le drame. Après s'être décomposée pendant que je lui expliquais ses difficultés, elle s'est mise en colère. Pas contre moi, mais contre "là-haut". "Personne ne m'aide, personne ne fait rien pour moi, je suis seule, et ils ne font aucun effort pour que ma vie ailler mieux".

J'ai tenté de lui expliquer, que oui " ils l'aidaient" mais qu'elle ne voyait rien, car aveuglée par sa souffrance et son statut de victime. Que la solution viendrait de sa prise de décision et que quoiqu'il en soit nous sommes acteurs de nos vies.

A ce moment, elle s'est mise à pleurer, elle a voulu partir, s'est levé, me donnant mon billet d'un air exaspéré.

Si cette situation s'était produite il y a un an, je me serais décomposée. Mais là, non. Je savais que je pouvais l'aider, que ma voyance était juste et qu'elle devait entendre certaine chose. Si elle était entrée chez moi, ce n'était pas en vain.

Je l'ai "forcée" à se rasseoir. Je lui ai apporté un verre d'eau et nous avons parlé. De sa vie, en bref, de cette solitude, de son surpoids qui n'était qu'un symptôme. Elle m'a parlé de tous les voyants qu'elle avait vu, qu'il lui avait annoncé une rencontre. Et qu'elle attendait. Et bien, je lui ai dit de ne plus attendre, de ne plus aller voir de voyants, mais d'accepter de changer sa vision du problème, et de décider de guérrir, d'accepter que la solution ne tomberait pas du ciel. Oui elle rencontrera quelqu'un, oui elle aura une vie de couple harmonieuse, mais seulement si elle accepte de regarder ses difficultés et de les affronter.

Elle est finalement partie. Pas convaincue, mais j'ai sentie le doute. Elle doutait de ses convictions.Comme une lueur d'espoir sur son propre chemin. Et j'ose espérer qu'en ce moment même, Nathalie est chez elle, en train de surfer sur le web, ou le nez dans des livres, à la recherche d'une personne qui pourra l'aider à avancer, ce maillon manquant, ni psy, ni médium. Quand l'élève est prêt le maître paraît dit-on dans les arts martiaux, et bien j'ose espérer que " Quand le patient est prêt, le thérapeute paraît".

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 12:43

Un petit sujet suite à l'une de mes consultations d'hier pour aborder le thème de l'approche psychologique en voyance. On se pose souvent cette question " Peut-on tout dire en voyance ? " Pour moi  la question est surtout " Comment tout dire et à qui ? " Car oui bien souvent on le peut, reste encore à utiliser les bons mots et apprécier l'état psychologique de la personne.

Certaines vérités ( si elles le sont) ne sont pas prêtes à être entendues par certains consultants.

Je vous dis ça, car cela arrive souvent d'avoir à confirmer ou infirmer les dires d'autres voyants. Hier Sylvie, une de mes consultantes que je connais depuis longtemps me demande des informations sur son fils. Une voyante lui a dit il y a peu " Votre fils va partir, il ira en prison et vous ne le verrez plus jamais" ! Imaginez son état !

Déjà en soi, affirmer les choses de cette façon pour moi, c'est un problème et de l'autre on ne peut pas dire ça à une mère de famille, en tout cas pas de cette façon là et pas avec ces mots là " VOUS NE LE VERREZ PLUS JAMAIS". Traduction pour une maman, il va se pendre en cellule ! Etant mère de famille, c'est illico ce que j'imagine.

J'ai donc fait une voyance pour ce garçon. En effet il y a l'idée d'un enfermement mais qui pour moi correspondait à son état psychologique. Ce garçon est donc en danger mais du point de vue psychique et si il y a enfermement c'est plutôt dans une unité médicale. J'ai donc "rassurée" cette maman, sur le fait qu'elle allait revoir son fils.

Et cela arrive souvent d'entendre ce genre de chose. La liste es longue " Votre mère va mourir", " je vois un bébé mort", "Vous êtes envoutée", "votre enfant a une âme collée à lui", " Vous allez tromper votre mari", " vous allez avoir un cancer" et tout ça sans donner ni conseil, ni mode d'emploi pour la suite.

Bref, chacun a sa façon de procéder, mais s'il vous plaît amis médiums, mettez vous peut-être quelques secondes à la place de celui qui vient vous demander conseil. Les consultants sont souvent angoissés et ont besoin d'être rassurés et non démolis. Certains mots sont violents et parfois il faut enrober. Pas tricher, pas mentir, mais juste y mettre les formes.

On peut dire les choses, les dire clairement, mais par pitié, n'ajoutez pas plus de peurs et d'angoisses dans l'existence, tout ça parce que " Vous avez vu".

Sur ce je vais manger mes patates qui elles sont bien cuites !

 

Repost 0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 10:40

Certaines consultations sont surprenantes. C'était le cas dernièrement. Marcel entre dans mon bureau. Petit, moustachu, l'air jovial, ce jeune retraité a l'air très sympathique, très généreux. Je commence mon tirage. Je cerne son envie de changement, de déménagement et des problèmes d'argent. En fait Marcel est ce qu'on appelle un "pigeon". Il est tellement sympathique et naif qu'il se laisse piéger par tous les charlatans du coin et même d'ailleurs.

Il me demande si ses problèmes d'argent vont s'arranger. Je le mets en garde contre tous les investissements et les "bons plans" pour arrondir ses fins de mois.

Il vient de perdre 1200 euros via internet et veut retenter l'investissemnt. Le message est clair, les cartes parlent d'elles même "NON". Il est presque supris ! Rebelotte pour un autre bon plan. Une amie à lui qui élabore des stratégies pour gagner à l'euromillions et qui (si elle avait joué) aurait déja gagné 3 millions ! Mais bon il lui manque des fonds. Alors ? "NON".

Idem pour sa voiture. Il s'est déjà fait avoir sur une occasion, il a gagné son procès et attends réparation. Il veut savoir si il va pouvoir changer. Là encore, je lui dis "Méfiance si on vous propose une super affaire, une femme en l'occurence, attendez encore vous aurez votre argent et vous achèterez plus tard". Il me confirme qu'il a failli acheter une voiture (une super affaire) via internet livrée chez lui. Il a rennoncé au dernier moment sur les conseils d'un ami qui trouvait ça louche ( un remerciement pour l'ami en question qui lui a fait économiser 4000 euros).

Et puis la cerise sur le gâteau, mais là c'est encore plus grave. Un bon plan pour se faire "soigner". Une clinique en Allemagne qui soigne grâce à la biophysique.Une journée branché à un ordi et c'est bon !  Comme Marcel est diabétque et très gourmand, il aimerait THE miracle.

Bref tout ça pour dire, qu'il est important pour chacun d'entre nous d'avoir du recul face aux choses et du discernement. Marcel cumule pas mal les mauvaises rencontres, mais il nous arrive à tous de faire les mauvais choix ou de se laisser embarquer dans une galère. Et parfois nous entendons cette petite voix au fond de nous qui nous met en garde. Il faut savoir l'écouter. Vouloir l'écouter. Ne pas s'entêter, accepter d'avoir pu se tromper.


 

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 22:02

Il y a certains personnes, certains consultations qui nous touchent plus que d'autres. Parfois c'est leur histoire qui vous marque, ou bien leur personnalité, leur look, leur sensibilté.

Depuis que j'ai "commencé" la voyance, je dois dire que tous mes consultants m'ont apporté quelque chose. Tous m'ont d'une part permis de prendre confiance en moi grâce aux prévisons qui se révèlent juste, ou par mes mots qui les ont apaisé.

J'ai eu de la chance. A chaque consultation je suis étonnée. Par moi-même déjà ( si si je vous assure je me surprends, car à pendant très longtemps je pensais juste avoir du bol en disant tel ou tel truc...vive la confiance) et puis par eux. Enfin par vous. Oui vous tous, qui d'une part osez faire appel à moi, vous qui osez vous laisser aller.

Et puis à chaque consultation ou presque, je ressens des choses nouvelles. Des visions plus claires, des présences plus fortes, des informations transmises par les guides très franches et très nettes.

Dernièrement Mathieu est venu. La première fois c'était il y a environ 18 mois. Quarantenaire, sympathique, un accent chantant, le sourire aux lèvres. Il s'assoit, je commence la séance. Je ressens une profonde tristesse, comme une histoire d'amour qui s'est brisée en plein vol. Un homme au millieu d'un couple ; je ressens de l'incompréhension, de l'injustice. Et un homme qui ne se relève pas. Je lui dis, j'exprime ces ressentis assez durs et là il s'effondre. Il pleure et pleure encore.

Cet homme a en fait perdu ses deux parents, de manière foudroyante. Depuis il se punit, ne vit plus, culpabilise et s'appuie sur sa soeur.

  Mathieu est revenu me consulter. Ces 6 derniers mois, je l'ai vu deux fois. Il me remercie de mes conseils, s'impatiente des prédictions. Et pourtant c'est l'un de mes premiers consultants avec lequel j'ai eu un flash visuel. L'image est dans ma tête, gravée. Pourtant il a du travail devant lui, pour dépasser tout ça et avancer, laisser sa souffrance et enfin accepter. La dernière séance m'a permis de lui transmettre des informations relatives à cela. Là-haut on lui a donné des messages pour sortir de cet état, pour enfin vivre sa vie.

Ses parents étaient là. Avant la séance, ils "attendaient" sur ma méridienne ( faut dire elle est belle cette méridienne). Un peu comme lorsqu'on est convoqué dans le bureau du directeur. " Alors est-ce que notre fils va enfin se prendre en main" ?

J'ai envie de leurs répondre OUI. Du moins je l'espère de tout mon coeur, mais comme il a confiance en moi, je sais qu'il a écouté les messages délivrés.  Un peu psy, (à défaut d'aller en voir un), un peu médium, un peu coach, dans ces moments là je suis tout ça à la fois, et ça me va bien. Alors quand parfois je râle, parce que les gens ont tendance à consulter encore et encore, je me dis que ce n'est pas toujours en vain. Comme ils ont confiance en vous, le jour où le message est d'importance, le jour où ils doivent faire face, et bien les mots prennent tout leurs sens.

J'espère, que le jour où Mathieu sera ce qu'il doit être, il pensera à moi et m'enverra une photo, un cliché de ma vision, de mon flash, l'un des premiers. Je lui en ai parlé, je lui ai décris cette scène avec précision.  Pas pour me conforter ou me rassurer, mais juste pour que je puisse le remercier le jour venu. 

 

Repost 0
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 23:37

Ahhhh j'adore ça ! Oui vraiment, je crois que définitvement les gens me surprendront toujours. Mais là je prends ça avec beaucoup d'humour car " Plaie d'argent n'est pas mortel" cf la Cîté de la peur.

Ce matin, rendez-vous avec une jeune fille. Pas pour de la voyance mais pour une séance de sophrologie. C'est une adolescente qui est déjà venue me voir. Sa mère m'informe qu'elle me prendra un forfait ( ce qui lui permettra d'économiser une séance sur les 5 en question).

La séance se passe bien, et à la fin elle me dit juste : " Ma mère a oublié le chèque, elle vous le donnera la semaine prochaine"

Ben oui bien sûr. Je pense que je vais tenter l'expérience moi aussi. Chez le médecin, le dentiste, au restaurant, chez le boulanger, au supermarché, à l'urssaf ( tiens d'ailleurs faut que j'y aille lundi, oups).

Au delà de la somme, au delà du fait que en ce moment c'est dur pour tout le monde, il y a juste un principe de réalité : " Je ne vis pas d'amour et d'eau fraiche" et moi aussi je paie des agios, car contrairement à la pub, mon banquier c'est pas moi, c'est un jeune de 30 ans qui a opté pour le principe "Tolérance 0".

Mais bon c'est la life, lâchons prise, mais par pitié arrêtez d'oublier vos chéquiers. Je dis ça pour les 10 autres qui m'ont le coup cette année....

Allez bon weekend à tous !

 

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 23:08

C'est une question récurrente en consultation. Oui oui, même si au début j'étais étonnée, maintenant j'y suis habituée. Hier encore, Monique vient me voir en consultation. Nous abordons différents sujets, à commencer par son travail, sa fille et enfin sa vie sentimentale. C'est une femme dynamique, impatiente, sympathique mais qui vit un peu dans l'illusion. Beaucoup de changements pour elle en 2013 mais à vouloir aller trop vite, elle bloque les choses.

A la fin de la consultation, elle me demande si j'ai vu le mauvais oeil sur elle ou de la sorcellerie. Elle me demande si ça existe et si je peux le voir.

BON.

Comme je suis honnête, je lui réponds que je ne suis pas spécialiste de ce genre de questions. Que je n'ai jamais rencontrée de personne pratiquant la magie, blanche ou noire. J'avais bien une amie dont la famille était à la Réunion qui en effet m'en avait touché deux mots, mais cela ne suffit pas.

C'est une question qui revient souvent car les gens associent leurs blocages à un sort qu'on leur aurait jeté. Pourquoi pas mais c'est un peu facile. Et là je ne remets pas en cause le fait que ça puisse exister. Mais encore une fois, je n'en sais rien.

Maintenant je crois que nous avons tous des choses à dépasser, à comprendre et donc tant que cela n'est pas fait et bien l'univers nous ressert les mêmes histoires. C'est un peu comme un jeu vidéo. Tant que le monstre est pas vaincu et bien on ne passe pas au niveau suivant...alors évidemment ça peut durer longtemps, voir toute une vie.

Et puis il y a les sortilèges de famille, ces boulets, ces mémoires que l'on se traîne de génération en génération, ou encore des principes dans lesquels on a été élevé plus ou moins consciemment. Pour ceux que ça intéresse Alejandro Jodorowski en a écrit des pavés ( évidemment j'ai pas tout lu, faut s'accrocher, c'est assez pointu et je suis plutôt du genre à jamais terminer un livre)...


Donc pour résumer, " Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien", si ce n'est que la première piste à privilégier en cas de blocage persistant c'est d'abord de tourner son regard vers l'intérieur, vers ses expériences, son parcours personnel, avant d'attribuer l'attente et les déconvenues à un tiers maléfique.

J'ai même eu récemment une personne, dans un état de fatigue avancé. Une personne vraiment déboussolée, incapable d'aligner deux phrases cohérentes, adepte de bio-énergie, méditation chamanique et autre discipline. Cherchant une explication à sa fatigue, elle s'est rendue dans un centre de bien-être. Là une intervenante ( quid de son cv) lui a dit qu'une entité, celle de son amie morte d'un cancer deux mois avant, lui collait à la peau et cela l'empêchait de vivre).

Elle lui balance ça, sans solution, sans rien.

J'ai vu cette personne. Pour moi le problème vient de son incapacité à vivre sa vie seule. Elle a peur d'elle même, donc s'entoure de gens et d'hommes très négatifs. Oui j'ai vu la peur dans ses yeux. C'est aussi une femme qui a besoin d'un thérapeute et de quelqu'un, finalement très pragmatique et rationnel. Je lui ai dit mais bon...Je suis la première à trouver que toutes ces disciplines parallèles sont intéressantes, mais néanmoins dangereuses pour des personnes fragiles.Ce qui est le cas de cette femme qui avait eu un mauvais trip étant jeune dans un cours de méditation transcendantale.

D'ailleurs les bouddhises déconseille la pratique intensive (je dis bien intensive) de la méditation pour les personnes qui ont un mauvais équilibre psychique.

La voie du milieu c'est pas mal aussi...non ?


 

 

Repost 0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 09:34

"Oh la la, mais vous êtes jeune ! "..".Hum Merci monsieur". Jean-Claude (c'est son prénom) a dit tout haut ce qu'en général les gens pensent tout bas.


Et oui je n'ai pas 55 ans, je ne suis pas grosse (enfin pas trop) je n'ai pas de grigri dans les cheveux, ni les yeux maquillés en orange et mon prénom ne se termine pas en A.


J'ai 35 ans(enfin dans un mois) et certes je les fais pas forcémment. Peut-être la faute de mon look, plutôt "jeune" et mon maquillage, plutôt léger. En tout cas, je ne rentre pas dans les standards azurréens, ni dans l'imagerie "voyante & médium". D'ailleurs lors de mes consultations, les personnes sont souvent surprises par ma façon de procéder. Pas de tirage en croix, pas non plus besoin de tirer 25 cartes. Une carte, une coupe et hop. Souvent c'est moi d'ailleurs qui tire les cartes. C'est pas ma faute, j'ai appris comme ça et aujourd'hui les cartes sont devenues juste un support, qui me rassure et qui rassure le consultant.


Revenons à nos moutons. Tout ça pour dire que d'une, dans ma vie, j'ai toujours eu ce "problème" d'avoir l'air jeune. Lorsque j'étais journaliste, ma chef de service m'a même dit un jour " Toi tu es une junior" ! Hein ???

Et puis sophrologue, on me pensait trop jeune ,comme si je ne pouvais pas aider les gens, comme si je n'avais rien vécu (ça c'est pour les gens qui pensent "à priori" et sont persuadés que l''on a qu' une seule vie, nous sommes d'accord ?)

Lorsque je suis devenue maman, des rides en prime et des kilos en plus, je pensais ne plus avoir ce genre de "réflexions", Et oui être mère c'est un gage de maturité non ?

 

Alors aujourd'hui je retourne l'histoire. Oui je suis jeune et quand je vois tout ce que j'ai déjà fait à 35 ans et bien cela m'épate ! Je m'épate ! Finalement ce qui semblait être une faiblesse est aujourd'hui pour moi une force, une preuve que dans la vie on apprend à tout âge, et que, non, il n'est pas nécessaire d'attendre ses 60 ans pour changer, pour évoluer et pour s'intérroger sur sa vie et ses aspirations profondes. " Soyez vous mêmes, tous les autres sont déjà pris" disait Oscar Wilde.Et pour ça il n'y a pas d'âge...

Repost 0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 20:30

Je n'oublierai jamais sa tête. La cinquantaine, bien tapée, petite, menue, décorée façon sapin de Noel. Un léger sourire un peu honteux en guise de bonjour.

Ni une ni deux, elle me sort une photo découpée en deux. Dessus une dame d'un certain âge, assise sur un siège en plastique.

Elle : "Voilà"

Moi : " Oui" (Intérieurement, oui voilà quoi ?) Je reprends. "C'est votre mère".

Elle : "Oui"

Moi : " Et vous voulez savoir quoi ?"

Elle : " Si elle en a pour longtemps"

Moi : "Ok." Dans mon fort intérieur, deux choses. La première : on m'avait prévenue, ces questions arrivent toujours à un moment ou à un autre. Deuxio : sois optimsite, cette dame est peut-être juste anxieuse et n'a pas envie de voir partir sa maman...hum. Je réponds ? Je réponds pas ?.

Elle : " Désolée"

Moi : "Soyez pas désolée, je vous promets pas une réponse.."

Je lui fais tirer une lame, même si évidemment je me doute de la carte qui va sortir. Idem pour le Belline. Elle coupe.

Moi :" Et bien, oui votre maman a encore des choses à faire ici bas et du temps à passer avec nous".

Elle : " Pff j'en étais certaine"

Moi ; Glups, c'est bien ce que je pensais..."D'ailleurs elle a des choses à vous dire, vous devriez aller la voir dans sa maison de retraite"

Elle : "Ah non, jamais. Nous avons un contentieux..."

Moi : ...(Je me doute..)

 

Voilà. S'en sont suivis des questions sur sa vie sentiementale chaotique. Fin de l'histoire.

Je suis curieuse. Certes j'ai été prise par surprise, mais vous auriez répondu vous à ce genre de question ?

 

 

Repost 0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 12:32

Bon voilà ça m'apprendra...Je déteste faire ça. Réclamer. Je n'ai jamais aimé. Déjà plus jeune, lorsque je faisais l'avance d'un cadeau et qu'un pote me lançait "Je participe" en omettant de préciser qu'il participait par esprit uniquement. Je sais, je sais, tout le monde peut oublier. Mais bon c'est souvent les mêmes qui oublient.

Bref samedi dernier, alors que j'avais un coup dans le nez, mon téléphone sonne. Il est 23H, une jeune femme un peu en paniquée souhaite une consultation. Elle la voulait de suite évidemment ! URGENCE.

Clairement je lui explique que ce n'est pas possible. Je lui fixe alors rendez-vous le lundi soir. En raccrochant je la sens pas. Je me dis que elle ne tiendra pas jusqu'au rdv ou encore qu'elle me paiera pas.

Le lundi soir la consultation se déroule, elle me dit d'entrée que le chèque est parti le dimanche. Parce que oui, je fais confiance, normalement je devrais attendre d'être payé, mais bon...trop bonne...

Et bien cela fait une semaine et j'attends toujours. Alors je lui ai gentillement laissé en message, en lui expliquant que je lui avais fait confiance et donc que j'attendais de sa part le même respect.

C'est la deuxième fois en un mois...vous me direz c'est peu par rapport aux nombres de consultations. Ceci dit cela m'oblige à m'affirmer, à prendre conscience que l'aide que j'apporte, OUI mérite un retour.

Malheureusement je n'ai pas assez d'aisance financière pour fermer les yeux et même si c'était le cas, par principe, je referais de même.Aujourd'hui j'ai assez confiance en moi pour le dire.

Les médiums, les voyants, sont comme le commun des mortels. Ils ont des charges à payer, un loyer, l'électricité, des enfants à nourrir. Pour ma part, je ne suis pas que voyante. Pourquoi mes consultations de relaxation seraient payantes et celles-ci non ? Il m'arrive d'aider gracieusement, ou de fonctionner sur le mode de l'échange. Mais c'est à moi de le décider et pas à la personne qui me sollicite.

Une consultation de voyance demande de l'énergie, de l'investissment, du travail. Que ce soit un don ou pas, les intuitions se travaillent, comme un musicien doué. Si il ne fait pas ses gammes, il ne progressera pas. Pour autant est-il censé jouer gratuitement, sous prétexte qu'il a un don ?

Nous avons tous un don. La mécanicien, le patissier, le journaliste, la secrétaire...tous autant que nous sommes. Et pourtant les médiums de croyance générale devraient accepter de travailler gracieusement ou encore d'accepter ce qu'on veut bien leur donner, (des poules, des oeufs, ou un billet de 5 euros)

Ce débat est toujours d'actualité...(Cf le livre de Patricia Darré...)je suis d'accord sur le principe, mais le monde ne fonctionne pas tel quel. Notre monde est matériel, l'argent est une énergie. Et jusqu'à présent lorsque je fais mes courses, je paye à la caisse, et pas juste avec un sourire...

Repost 0

Profil

  • "Vis ma vie" de voyante
  • Parce que la vie d'une voyante n'est pas de tout repos et parce que moi aussi j'ai mon lot de questions et d'états d'âme, j'ai décidé de les partager ici avec vous en toute sincérité et avec une pointe d'humour bien-sûr !

Pages